Bienvenue dans la catégorie Sorties

Le Vendredi 18 septembre, 2015. Pas de commentaires

tableau sorties th.2015-16.élèves

Le 5 avril générale du « Barbier de Séville » à l’Opéra-théâtre d’Avignon#

Le Lundi 1 avril, 2013. Pas de commentaires

Les EDE « Arts du spectacle » de seconde 8 assisteront à la générale de l’Opéra « Le Barbier de Séville » le vendredi 5 avril 2013.


Rendez-vous au lycée à 19h30

Début de la générale : 20h

Durée : 2h40

Retour au lycée : 22h50

Vous trouverez des informations sur cet opéra là :

http://www.opera-online.com/items/works/il-barbiere-di-siviglia-rossini-sterbini-1816

Le 4 avril à la Scène Nationale de Cavaillon « Vortex »#

Le Lundi 1 avril, 2013. Pas de commentaires

Les élèves de première et terminale enseignement de spécialité et seconde, première et terminale en option facultative assisteront au spectacle intitulé Vortex à Cavaillon le jeudi 4 avril 2013.

Rendez-vous au lycée : 18h45

Début du spectacle : 20h30

Durée : 1H

Fin du spectacle : 21h30

Les parents viennent chercher leur enfant à 22h15 au lycée.

Phia Ménard est une jongleuse. Mais au cœur de son travail, il y a toujours l’idée de la transformation. Parce que chacun vit et se modifie inexorablement, parce que nous transformons le monde dans lequel nous vivons. Alors l’artiste questionne l’identité et expérimente du côté des éléments physiques.

Avec Vortex, elle explore les possibilités de jongler avec le vent. Comment jongler l’impalpable ? Comment saisir l’invisible ? Comment utiliser son incroyable pouvoir de transformation ?

Sur scène, des ventilateurs génèrent un impressionnant vortex et c’est dans cet œil du cyclone que Phia Ménard se confronte à la force des éléments.

« C’est une fable charnelle où le déchirement côtoie l’apaisement. Nous sommes face à l’aventure intérieure d’un être. Au fil du spectacle, nous traversons avec lui une multiplicité d’états émotionnels, matérialisés par des costumes-peaux et des membranes qui deviennent des formes autonomes ».Revue Mouvements.

Pour préparer « Cendrillon » de Joël Pommerat les 28 et 29 mars#

Le Vendredi 8 mars, 2013. Pas de commentaires

D’abord quelques mots extraits de l’article de Libération du 18 novembre 2011 :

Aux Ateliers Berthier, Joël Pommerat dépoussière ce classique en lui ôtant toute mièverie.

Par GRÉGOIRE BISEAU

En préambule et pour éviter d’inutiles déceptions : il faut prévenir les petites filles que la Cendrillon de Joël Pommerat n’est pas une princesse. Ni même une jeune femme. Plutôt un garçon manqué qui porte une minerve et un corset. Et le prince, me direz-vous ? Et bien le prince, c’est pire. Il est petit, vilain, au sexe indéterminé, genre freaks,échappé du grand cirque de Tod Browning. On l’a compris, la copie de Pommerat a pris quelques distances avec l’original.

Et des extraits vidéo :

Et aussi une série de reportages :

http://www.france5.fr/ma-vie-d-artiste/index.php?page=article&numsite=7412&id_rubrique=7763&id_article=26192

« Aurore, Blanche céleste » au théâtre des Halles le 7.03.2013#

Le Mardi 5 mars, 2013. Pas de commentaires

Les élèves de première facultatif et ceux de terminale facultatif assisteront au spectacle « Aurore, Blanche céleste » au théâtre des Halles  jeudi 7 mars. texte de Noëlle Renaude, mise en scène Alain Timar.

Départ du lycée : 19h45

Début du spectacle : 20h30

Durée du spectacle : 1h15

Les parents viennent chercher leur enfant devant le lycée à 22 heures.

Blanche-Aurore-Celeste-c-N.-Vucher.jpg

« Level 4 no elevator » par la Compagnie de l’Imprimerie au théâtre des Halles#

Le Mardi 5 février, 2013. Pas de commentaires

La compagnie de l’imprimerie nous présente « Level 4 no elevator », au théâtre des Halles. Sophie Mangin, la comédienne est seule sur scène pendant plus d’une heure et nous raconte, en parlant à Elmo (sa conscience ? Son amant?) sa traversée jusqu’à la gare menant à sa disparition. L’histoire nous est racontée quatre fois et à chaque fois, on nous propose une nouvelle scénographie et ainsi un nouveau monde.

Premier univers : La comédienne dont on ne connaît pas le nom est sur scène et une musique violente débute. L’instant est très fort. Lorsque la musique s’arrête et que la comédienne s’apprête à parler, j’imagine que ce beau moment va être détruit. Pourtant, ses paroles sont la continuité évidente de la musique. Je remarque dès lors des capacités flagrantes de la comédienne qui saura nous transporter. Elle est placée devant la projection d’un chronomètre qui défile mais sans ordre logique. Et c’est là qu’elle commence à nous raconter comment tout est parti d’un « petit son ». Ce petit son qui se répète plusieurs fois et qui prévient d’un danger, elle l’entend. Est-ce son cœur qui bat si fort qu’elle l’entend ? Ou les pas d’un homme qui marche derrière elle ? Nous n’en savons rien, mais un danger rôde, c’est sûr. Elle parle à Elmo et lui raconte sa traversée, l’arrivée d’un homme qui lui veut probablement du mal, et la façon dont elle a pris des petits cailloux dans sa main pour se défendre. La scénographie se modifie un peu : un grand cercle de lumière se forme à droite de la scène alors que le chronomètre est toujours en train de défiler. C’est de loin mon moment préféré de la pièce car les lignes se répondent et  l’espace est parfaitement occupé.

NOIR.

Deuxième univers : Tout recommence, mais un peu différemment cette fois. Le femme est assise et prend un ton plutôt ironique. Comme une prise de recul, elle raconte une histoire dont elle n’est pas sortie indemne. Elle est assise sur une chaise et on sent un peu de dégoût dans sa voix mais aussi de la dérision. Elle raconte la traversée du village comme quelque chose de normal, comme si elle était simplement désolée de constater ce qu’il était arrivé. Elle déplace sa chaise dans l’espace vide et tout doucement, un objet difforme descend des cintres. C’est une sorte de gros nuage blanc. On dirait qu’il serait resté des années planté sous l’eau et que des coquillages se seraient agrippés à lui. La femme se place sous la chose qui, finalement, la recouvre presque toute entière, seules ses jambes restent apparentes. Peut-être la forme pourrait-elle représenter le désir qu’elle éprouve envers l’homme qui vient lui faire du mal. Désir inconscient et sûrement refoulé. Ou alors, la forme est l’accablement qu’elle ressent. Elle y est enfermée, comme elle est prisonnière de la situation à laquelle elle doit faire face. La forme, comme une mort qui vient la recouvrir, pourtant, c’est elle qui se met dessous, comme si elle l’avait cherchée, cette mort : elle a bien traversé cette place alors qu’elle savait que c’était dangereux.

NOIR.

Troisième univers : Les mots ont presque disparu. L’histoire, on la connaît maintenant, mais peut-être qu’on ne pourra jamais vraiment comprendre ce qu’elle ressent. Un nouveau dispositif : un tissu qui capte la lumière et peut ensuite la réfléchir et un long voile quasiment transparent, comme du coton. Devant le tissu captant la lumière la femme reste un moment, et quand elle s’en va, elle est toujours là, son corps est là, elle s’est en allée mais une partie d’elle est restée. En passant une nouvelle fois plus rapidement devant ce même tissu, elle laisse d’elle la marque de son corps presque effacée, comme si elle n’était plus que le fantôme de ce qu’elle était autrefois. Cette image est très symbolique car cela nous montre le mal-être du personnage et son besoin de trouver une identité. En effet, on voit devant nous une femme perdue, condamnée à vivre et revivre éternellement ce cauchemar.

NOIR.

Quatrième univers : On découvre la jeune femme, à sa table, buvant un énième café. Sur cette table, il y a bien d’autres tasses. Le temps qui passe mais rien qui change. L’attente d’un jour meilleur et pourtant rien qui ne se passe. Puis, plus près de la scène, un écran se déroule sur lequel sont projetées des vidéos où l’on voit l’actrice immobile dans des escaliers et des personnes qui montent et descendent sans y prêter attention. On voit, une dernière fois, la solitude du personnage et son enfermement dans son propre monde finalement. Après avoir traversé ces différents espaces, elle s’enferme dans un autre, où elle est seule.

***

Dans cette pièce, la musique occupe un rôle très important. Plusieurs morceaux sont récurrents et structurent l’œuvre. Tout au long du spectacle, la musique fait partie de l’univers du personnage qui se crée petit à petit. Cette musique entraîne une véritable danse représentant une souffrance intérieure qui parfois s’extériorise. La musique est alors comme un fil directeur qui guide le personnage au long de son chemin. On pourrait imaginer qu’à la fin, elle s’en sortira et trouvera la paix intérieure. Mais il n’en est rien. Le cauchemar continue encore et encore, une boucle dont on ne trouve pas la fin. Et même si cette femme est morte (seulement intérieurement ou physiquement aussi?), elle est hantée par ses souvenirs qui la rongent et l’empêchent de se libérer. J’ai trouvé très touchante l’histoire de cette femme et la manière intime dont c’est raconté. Les quatre mondes proposés à travers les scénographies différentes avaient chacun de fortes significations. Toutefois, je pense que ces dispositifs auraient mérité encore plus d’espace pour donner une dimension encore plus impressionnante à ce qui nous était présenté.


Héloïse Borioli, TL1

« El Tiempo todo entero » au théâtre d’Arles le 15.01.2013 #

Le Samedi 12 janvier, 2013. Pas de commentaires

Pour commencer l’année théâtrale les secondes facultatif, les premières spécialité et facultatif, les terminales spécialité et facultatif assisteront à la représentation de « El Tiempo todo entero » le 15 janvier au théâtre d’Arles.

Départ en bus au lycée à 19 heures
Début de le représentation : 20h20
Durée : 1h30
Retour au lycée : 22h45 environ.

Les parents viennent chercher leur enfant au lycée à partir de 22h45.

« Rhinocéros » au théâtre des Halles #

Le Vendredi 2 novembre, 2012. Pas de commentaires

Mardi 13 novembre 2012 « Rhinocéros » de Ionesco, mise en scène d’Alain Timar au théâtre des Halles.

Tous les élèves de seconde (facultatif et exploratoire), première (facultatif et obligatoire) et terminale (facultatif et obligatoire) assisteront à la représentation de « Rhinocéros ».

Début du spectacle : 20h30.
Durée : 1h40
Fin du spectacle : 22h10.

Rendez-vous est donné aux élèves soit au lycée à 19h30 soit devant le théâtre à 20h.
Les parents retrouvent leurs enfants soit devant le théâtre à 22h10, soit au lycée à 22h30.

Reprise des programmes # 2012-2013

Le Dimanche 23 septembre, 2012. Pas de commentaires

Quelques aperçus de la programmation de cette année.

Du Pommerat pour bien commencer :

et du Pippo Delbono !

Les Borgnes # Sc. nationale de Cavaillon

Le Vendredi 2 mars, 2012. Pas de commentaires

Le 19 mars, on se déplace en groupe (75 élèves !), pour aller voir Les Borgnes de Mustapha Benfodil dans une mise en scène de Kheireddine Lardjam, jeune metteur en scène algérien, à la Scène nationale de Cavaillon.

C’est l’histoire de Samir, metteur en scène. Son problème, héréditaire : la vision. Vision opposée des choses, selon qu’il regarde avec l’oeil droit ou l’oeil gauche. Après avoir transmis cette étrange maladie à son unique fils, Samir se lance dans une quête personnelle à la recherche de son vrai père. Jusque-là, il s’était toujours cru le fils du Général Belgacem Zagrache, un preux chevalier du Djebel devenu un nabab parmi les nababs de l’Algérie indépendante et lucrative. Dans un asile psychiatrique, il va retrouver son père biologique, Salah, un vieil instituteur affaibli et aveugle. Trente ans auparavant, ce dernier fut arrêté, torturé et soumis à toutes sortes de persécutions pour avoir enseigné à ses élèves que « le 5 juillet 1962, l’Algérie a quitté la France après 132 ans de colonisation ». Ce jour-là, Salah avait « chaussé » le mauvais oeil, son oeil gauche, celui avec lequel il voit tout à l’envers.

En attendant, le teaser du spectacle :

Et, sur le site de la Scène nationale, plein d’informations (note d’intention, entretiens, etc.) qui pourront alimenter vos compte-rendus.

Départ Porte St-Do à 19 heures, retour prévu vers 23 heures sur Avignon.