Le Misanthrope (vs politique) programmé par les ATP#

Le Lundi 4 novembre, 2019. Pas de commentaires

LE MISANTHROPE (VS POLITIQUE)

Une analyse de la pièce par les élèves de seconde

Dans le spectacle Le Misanthrope(vs politique), une version ultramoderne du Misanthrope où tous les vers de Molière sont scrupuleusement respectés, mise en scène par Claire Guyot, nous avons pu observer, un décor épuré et moderne. Côté jardin, onvoit une table lumineuse qui est entourée de 4 chaises rouges. Au milieu de la scène se trouve un sofa rouge et derrière lui, un grand tableau de Pop Art très coloré qui représente peut-être un homme politique. Le décor fait  place à la lumière qui estprésente dans plusieurs éléments du décor : dans les six colonnes métalliques qui sont positionnées autour du mobilier à cour et à jardin. Le bar aussi est lumineux.

Dans ce spectacle, différents éclairages sont utilisés : les projecteurs qui éclairaient en plongée, les colonnes lumineuses (quatre bleues et deux jaunes) à cour et jardin, un peu  l’arrière de la scène, le tableau au fond de la scène, éclairé tout au long de la pièce, et la table lumineuse côté jardin. Durant la pièce, les lumières mettaient en valeur les acteurs et nous aidaient à savoir où se passaient les actions sur scène, par exemple avec l’éclairage en « douche », qui éclaire un endroit précis sur la scène. Ainsi, au tout début, la lumière éclaire la table avec les deux hommes qui travaillent, on regarde donc dans leur direction. On remarquait des variations dans l’intensité lumineuse :  assez forte, pour les scènes de groupe, et un éclairage plus doux pour les scènes intimes, avec seulement un ou deux personnages. L’intensité de la lumière varie, ainsi que la couleur, ce qui donne différentes atmosphères suivant la scène. Par exemple, la scène finale est éclairées dans les tons bleu-gris, qui contraste avec les tons chauds présents dans les scènes précédentes.

Les costumes aussi sont très contemporains. Ils se résument à des tailleurs pour les femmes et des costumes pour les hommes, ce qui pourrait renvoyer à l’aspect formel de la politique affichée dans le titre du spectacle ou aux vêtements d’une classe sociale plutôt aisée. Les costumes sont très sobres et ternes, sans motifs.
À part le personnage de Célimène, les protagonistes ont très peu (voir aucun) de changements de costumes durant la représentation. Célimène est également la seule à avoir des costumes plus ou moins colorés, ce qui la place à part des autres personnages et elle portait des tenues affriolantes, en accord avec son caractère aguicheur.

Durant la pièce, nous avons pu remarquer que les comédiens occupaient beaucoup l’espace avec dynamisme ce qui porte l’attention des spectateurs sur eux. Les émotions des personnages étaient exprimées par la gestuelle, l’expression des corps et les expressions faciales.  Nous avons trouvé que les mouvements des comédiens étaient très expressifs et précis. Les comédiens ont aussi fait un gros effort dans l’intonation des mots et ils ont rendu la scène vivante pour que les spectateurs puissent bien comprendre l’histoire. Toutes ces émotions et ces gestes attirent le regard des spectateurs. Alceste avait l’air énervé durant toute la pièce, dans la colère et la négation. Grâce au jeu de l’acteur, nous pouvons dire que le personnage d’Alceste à un fort caractère.

Peu de musiques ont été utilisées lors de la représentation. Une musique douce et romantique accompagnait la première apparition de Célimène lors de sa description amoureuse par Alceste.  Une autre à la fin de la pièce, effrayante et stressante, marquait le désarroi de Célimène mise à l’écart de la société.

Ce qui a été très utilisé en revanche, ce sont des bruitages indiquant des notifications sur des téléphones ou une petite musique robotique pour la sonnette de chez Célimène. Ces éléments nous montrent la modernisation de la pièce.

Pas de commentaires

N'hésitez pas à commenter cet article


Laisser un commentaire