Retours de nos élèves sur l’édition 2015 du Festival d’Avignon, troisième livraison#

Le Mardi 27 octobre, 2015. Pas de commentaires

On est le 12 juilllet 2015 .Aujourd’hui ,je vous écris pour vous raconter ce que je viens de vivre. J’ai participé a l’école du spectateur pendant 4 jours , c’était exceptionnel ,pendant 4 jours j’ai vu des spectacles, des expositions ,des films du matin au soir, c’était incroyable .Je vais vous parler d’une pièce en particulier.

On est le 11 juillet , dans la soirée , je suis avec mon groupe, on se dirige vers l’Opéra d’Avignon pour voir une pièce de théâtre de Shakespeare: Richard III. Je rentre je m’assois je ne suis pas très bien placée mais je vois. Ca commence , je ne comprends pas trop ce qui se passe mais j’aime car c’est très dynamique .Au fil du temps on comprend de mieux en mieux ce qui se passe ,et puis la mise en scène est incroyable, c’est tellement vivant .Les comédiens sont excellents ,il jouent très bien, en particulier le personnage principal ,Richard, le comédien est vraiment dans la peau du personnage c’est incroyable.2h et quelques sont passées, c’est fini,c’était long pour moi ,à des moments c’était trop répétitif  et il y avait trop de détails. J’ai aimé mais pas plus .

Mais, ce n’est pas la pièce que j’ai préférée ,celle que j’ai préférée est Le Roi Lear, toujours de Shakespeare .
J’espère que l’année prochaine je referai l’école du spectateur .
Lydia Chebahi


J-2 de l’école du spectateur. Je me réveille en me demandant ce que cette journée me réserve. Mauvaises découvertes ? Bonnes découvertes ? Surprises ? Stupéfaction ? Joie ? Que de questions… J’aime découvrir de nouvelles choses, ouvrir mon esprit sur le monde, élargir mes horizons, c’est tellement… Excitant ! Enfin bref, la journée commence, nouveaux spectacles en perspective, jolie petite exposition à l’Église des Célestins, découverte des nouvelles lectures des lycéens à la Chartreuse, puis nous arrivons dans la file d’attente de « No world ».


La chaleur est au rendez-vous dans cette file. Les gens se plaignent de cette chaleur d’ailleurs. C’est vrai qu’il fait chaud, mais on est pas dans le sud pour rien. Une petite dame blonde s’évente avec un léger sourire comme pour dire « Vous avez chaud, moi non, j’ai mon éventail, eh oui, j’y ai pensé moi, et toc ! ». Ils sont drôles ces adultes.


Arrive alors un jeune homme pour nous faire entrer dans la salle. L’empressement se fait ressentir. Les gens te passent devant naturellement, mais tu ne dis rien, tu vas profiter du spectacle quand même. C’est quoi cette salle ? Mais… Candy Crush ? Tu es là ? On distribue le flyer du spectacle que je me languis de lire. Une performance de théâtre documentaire… Tiens, tiens… C’est nouveau ça, et ça me plaît déjà !

Les lumières s’éteignent, le spectacle débute. Une multitude de vidéos sont diffusées : concert de Miley Cirus avec un public en furie, une jeune fille déroulant une tablette de Toblerone pendant 20 minutes, François Hollande et Angela Merkel complètement ridiculisés… Les acteurs parlent en même temps, tout est confus, on est un peu perdus. La voilà la société de consommation. Notre société. Où les médias sont omniprésents, où la nouvelle technologie prend le dessus, où les gens oublient ce qu’est qu’un concert décent, où les gens oublient de se cultiver et de découvrir le monde… Et là tu te poses des questions. Comment en est-on arrivé là ? Comment on peut laisser passer ça ? J’en fais partie ? Je dois changer ce que je suis ? En 1h30 on te la balance en pleine gueule ta société et tu te sens vraiment con. Ça te fait réfléchir. C’était le but de cette mise en scène de toute façon. Te remettre en question. Te faire prendre conscience de certaines choses.

Il y a un passage de cette pièce qui m’a véritablement marquée. Un passage sur la nourriture. Je sais même pas si on peut appeler ça comme ça en fait… Une vidéo sur la production des nuggets de Macdonald. Et en parallèle les acteurs en faisaient chauffer. A la fin de la vidéo, ils nous en ont proposé. J’ai jamais été autant écœurée. Mais ça ne dérangeait que peu de monde puisque nombreuses ont été les personnes qui en ont voulu. Beurk. Ça me dégoûte. Mais j’y songe et me dis que je remangerai sûrement Macdo et que je ne penserai même plus à cette vidéo… Ou peut-être que si, qui sait ? Ce spectacle m’a bouleversée et m’a fait prendre conscience de certaines choses de ma vie.

Vive la culture !
Clothilde
Cliquer sur son nom pour voir la video d’Elena Couplet


Pas de commentaires

N'hésitez pas à commenter cet article


Laisser un commentaire